setxkbmap : Changer la disposition du clavier au terminal

Hello,

J’aime bien le terminal, pas par élitisme, mais contrairement à l’interface graphique c’est universel et j’aime bien la facilité qu’il procure.
Si je sais ce que je veux faire et avec quoi, je l’écris, plutôt que de chercher ou est l’icône de ce foutu logiciel.
Après ça dépend les tâches, car je suis pas un ancêtre qui fait vraiment tout au terminal, j’apprécie aussi l’interface graphique.

Universel dans le sens ou sur la majorité des grandes distributions GNU/Linux, on retrouve à peu de choses près les mêmes outils d’administrations.
Ce qui est tout de même pratique quand on doit faire diverses opérations sur plusieurs machines différentes mais qui ont pas toutes forcément le même OS.

Sur ma Debian actuellement j’ai pas d’outils graphiques pour la configuration du clavier et le changement de dispositions.
Par contre sur Manjaro je l’ai, donc si je sais manipuler que l’interface graphique je suis un peu bloqué (sauf si j’installe une GUI, mais si j’ai pas le net à ce moment la ?)

Avec le terminal pour peu que vous utilisiez X11 soit Xorg comme gestionnaire de fenêtre, une commande est à retenir pour changer la disposition du clavier en live :

setxkbmap DISPOSITION
DISPOSITION = fr, us, en, selon votre choix et les langues présentes sur votre système.

Et si je veux me faire un raccourci clavier je passe par mon utilitaire graphique pour les raccourcis clavier, sur LXDE pour moi c’est : lxhotkey

Sinon le fichier de configuration se trouve pour moi (LXDE+OpenBox) :
/home/USER/.config/openbox/lxde-rc.xml
Et je met les commandes ci dessus avec la combinaison qui m’intéresse.

 

Voila 🙂

Si vous avez une manière plus propre ça m’intéresse.

Stéganographie. Communiquer de maniere secrete

Hello, récemment j’ai lu deux trois articles sur de la stéganographie.
Si on connaît le principe on connaît pas forcement les outils disponibles.
On appelle Stéganographie le fait de cacher des messages ou de la data dans des images ou d’autres messages, c’est utilise on peut dire depuis l’antiquité.
C’est bien différent de la cryptographie qui est l’art de rendre non-lisible un message pour quiconque n’a pas a le lire.
Donc en gros si on veut communiquer de manière secrète on utilise la stéganographie + la cryptographie. Ça tombe bien c’est le but des deux outils qui sont présentés

Pour en savoir plus, la page Wikipédia

La stéganographie est aussi un vecteur d’attaque utilise, car on peut aussi insérer des payloads malveillants dans une image, donc attention a ce que vous téléchargez ou visionnez 🙂 .

Stegosuite :

Stegosuite est un outil écrit en java, possédant une interface graphique des plus simples. Il est disponible pour Windows, Debian & Ubuntu, sinon faut passer par le code source qui est sous licence GPL.

Il permet au choix de cacher un texte dans une image, ou alors d’insérer des fichiers dans une image, au moyen d’un mot de passe, non obligatoire.

Il chiffre en utilisant AES. Son interface graphique est très simple et s’appréhende donc facilement.

Pour l’installer sur Debian & Ubuntu, rien de plus simple :
sudo apt-get install stegosuite

Utilisation :

Simple comme dit plus haut, on ouvre l’image en faisant : File>Open

On insère le texte de son choix.

On dépose en glissant dans le second cadre les fichiers que l’on veut inclure ( attention au poids des fichiers )

Je vous laisse l’image ci-dessous si vous voulez tester et voir l’imagePORNO incluse, le mot de passe est donc “ouioui”

le site officiel

 

Steghide :

Steghide lui s’utilise avec un terminal. Il est dispo aussi sur Windows et Gnu/Linux. Il est sous licence GPL lui aussi.

Il est dispo via apt-get :
sudo apt-get install steghide

Usage ( issu du man ) :

Cacher le fichier “secret.txt” dans l’image “picture.jpg”
steghide embed -cf picture.jpg -e secret.txt

Extraire un fichier
steghide extract -sf picture.jpg

le site officiel