UserLand, Une distribution GNU/Linux pour votre Android

Hello ou plutôt Bonsoir,

Je me chauffe pour faire un petit tuto, majoritairement composé d’image 🙂

Le but du tuto : Permettre d’avoir une distribution GNU/Linux prête à l’emploi et cela sur son smartphone Android (Tu as un Apple, va voir ailleurs :P). Et le billet de Korben sur InstantBox m’a rappelé que je voulais faire ce petit et modeste tuto, mais qui peut servir.

Cette solution est vachement pratique et cool, ça permet aussi d’éviter de gaspiller son précieux temps sur Facebook/Instagram/WhatsApp voire reddit qui peut être énergivore pour un rien…Bref, utilisez Linux à la pause café ça peut être bien plus kiffant et plus enrichissant :* !

En bonus, on peut même avoir un environnement graphique avec LXDE comme bureau, pleinement fonctionnel. Faudra pas non plus attendre de miracle si le portable possède une faible résolution d’écran, ce sera dégueulasse ! A l’instar, on peut avoir un Firefox en graphique sans avoir à installer ubuntu au complet, une sorte de docker.

Cette application qui permet ce petit miracle se nomme “UserLand” disponible sur F-Droid .

Le logiciel est sous licence GPL, code source disponible sur github (Chut!), ouvert à contribution. Pour utiliser l’interface graphique il faudra installer XSDL (XServerDisplay), seulement disponible sur le playstore (Merci Aurora !!).

Voici en image le menu :

On ne le voit pas forcement sur l’image car j’ai scroll mais sont aussi disponibles par défaut AlpineLinux, ArchLinux, KaliLinux, Debian et Ubuntu.

Après avoir sélectionné la distribution de son choix, on vous demandera de choisir un login, un mot de passe, ainsi que le mode de connexion désiré, il faut bien choisir ssh et non xsdl, ni vnc.

Après s’être logué et avoir fait “su” pour être root, il est toujours bon de mettre à jour le système, voici les commandes pour

Debian :
apt update && apt upgrade

ArchLinux
pacman -Syu

A partir de la, votre système est fonctionnel 🙂 Simple comme tout.

Ensuite si on veut une interface graphique, pour ma part LXDE, elle est minimal et consomme rien du tout. Il faudra quelques complément.

Tout d’abord il faut avoir installé et lancé l’application XSDL. Si votre portable est exempt des services de Google, vous pouvez passer par aurora, et en prime XSDL ne contient aucun trackers ;).

Après l’avoir lancé et télécharger les suppléments nécessaires, vous avez normalement ces écrans qui apparaîtront successivement :

Tout va bien, c’est pas un BSOD, c’est normal et ça donne même des instructions compréhensibles comparé à WindObe lors d’un DDOS :o, je m’égare.

Donc maintenant retour sur son terminal Linux.
On rentre exit pour quitter le root. Le reste des commandes devront êtres rentrés avec un utilisateur aux droits normaux, préférons “sudo” pour le coup.

On rentre la commande suivante, issue de XSDL:

export DISPLAY=localhost:0 PULSE_SERVER=tcp:127.0.0.1:4712

On peut la mettre dans son “.bashrc” pour automatiser au lancement (A vérifier que ça marche bien), sinon après s’être logué on rentre simplement la commande bash et ça évite de se retaper l’export en entier avec risque de se tromper à chaque fois. On peut check que les paramètres furent bien pris en compte avec la commande env.

Maintenant on installe son environnement, selon sa distribution choisie :

Debian/Kali/Ubuntu :

sudo apt install lxde

Archlinux :

sudo pacman -S lxde

Il reste à démarrer lxde, en faisant :

startlxde

Et maintenant, retour sur XSDL et vous aurez votre environnement graphique full fonctionnel .. ou pas 🙂

Supplément :

On peut très bien utiliser un HUB USB pour pouvoir brancher un mini clavier + une souris pour rendre le tout plus agréable à l’utilisation. Je ne mettrai pas de liens d’articles mais perso avec mon IKBC poker c’est plutôt pas mal et agréable.

Il faut bien sur que ce hub soit indépendant du téléphone pour l’alimentation.

Attention à ne pas laisser tourner les applications quand vous en avez plus l’utilité, la batterie fondra rapidement, et pourtant la mienne une 4100mah tient plutôt bien ^^.

J’espère que ce billet vous aura plus, et n’hésitez pas à réagir si l’envie vous en prend. Moi je vais finir Matrix, le 1.

@++


 

https://github.com/CypherpunkArmory/UserLAnd/issues/45

 

LXDE & OpenBox, Redimensionner sa fenêtre

Hello You !

Petite astuce pour redimensionner sa fenêtre avec le combo “Alt”+”clicdroit”. Ayant viré mon dualscreen, et n’ayant pas le resize automatique (pour le moment!), cette petite astuce fait bien l’affaire.

Éditer le fichier :  ~/.config/openbox/lxde-rc.xml

et ajouter entre les balises :

<mousebind button="A-Right" action="Drag">
<action name="Resize"/>
</mousebind>

Voilou, si ça peut être utile.

@++


https://unix.stackexchange.com/questions/178145/lxde-openbox-add-resize-corner-to-the-window

[Tutoriel] Que se cache t’il derrière cette adresse IP ?

Hello la compagnie.

Petit billet autour de ce que l’on peut faire avec une adresse IP.

Comme introduction, laissez moi vous raconter ceci :
A la création de mon blog en ce mois d’août 2018, je m’étais amusé à installer Matomo comme solution de supervision de suivi statistiques (WebAnalytics), je l’ai gardé deux mois.
C’était bien trop évolué pour moi…, trop de données que je ne voulais pas sur les visiteurs ( Merci les cookies ), en gros Matomo c’est vraiment que pour du SEO.
Alors je l’ai enlevé et en plus ça me rajoutais une surface d’attaque supplémentaire à surveiller. Trop chronophage pour pas grand chose.
Si je vous parle de Matomo, c’est qu’avec on peut suivre les connexions par Pays, par région, et même par ville.
On peut anonymiser tout ça (en cas de dérobage de données, RGPD, toussa toussa, car ce logiciel vous en fournit beaucoup comme dit précédemment), et utiliser une IP que sur ses 16 derniers bits, donc 177.217.X.X imaginons.
Pour géolocaliser les visiteurs d’un site, Matomo utilise GeoIp, ouais toute cette introduction pour en arriver la….Mais c’est mon blog  !
Outre le fait de tracker des utilisateurs, il peut être utile de connaître l’origine d’une IP surtout dans le cadre de l’administration d’un serveur.

Dans un premier temps je vous présente donc le logiciel “Geoip” (Ça va gars, tu te répètes pas ?), il est très utilisé surtout sur le web.
Il est édité par MaxMindDB, fournissant aussi les bases de données d’IP (publiques).
Attention à la licence d’utilisation très restrictive.

On peut aussi utiliser Geoip avec Apache et Iptables.
Voir ces deux billets publiés récemment, d’où mon article, la boucle est bouclée.
https://blog.lecacheur.com/2018/11/27/apache-bloquer-lacces-http-a-certains-pays/
http://www.deltasight.fr/bloquer-pays-regles-iptables-xt_geoip/

Alors pour installer GeoIp sur Debian c’est très simple (et au passage on installe les logiciels qui seront présentés après GeoIp dans l’article):
apt-get install geoip-bin geoip-database geoip-database-extra geoipupdate whois traceroute

Et maintenant moussaillon ?

Déjà faut déterminer ce que l’on veut savoir sur cette IP,  le pays, la ville ? Avec l’incertitude à prendre en compte. Ou peut être juste savoir quel est l’entité et service associé derrière cette IP, un FAI, un hébergeur, un service cloud ?
Les bases que nous allons utiliser sont stockés ici :
ls /usr/share/GeoIP/
GeoIPASNum.dat GeoIPCity.dat GeoIP.dat GeoIPv6.dat

Les noms sont assez parlant, City pour les villes, IP pour les pays et IPASNum pour le numéro du système autonome (AS, désigne un ensemble de routeur gérant un stock d’IP sous la même bannière).

Faisons un test, je fais un ping sur Google, et ensuite je récupère l’IP.

Passons à la pratique (commande en bleu, retour en vert)

geoiplookup -f /usr/share/GeoIP/GeoIPASNum.dat 172.217.18.35
GeoIP ASNum Edition: AS15169 Google LLC
Ici vous voyez le numéro d’AS utilisé, un AS est un ensemble de routeur gérant un lot d’IP au nom de celui à qui il appartient, ici Google.

geoiplookup -f /usr/share/GeoIP/GeoIP.dat 172.217.18.35
GeoIP Country Edition: US, United States
Ici juste le Pays

geoiplookup -f /usr/share/GeoIP/GeoIPCity.dat 172.217.18.35
GeoIP City Edition, Rev 1: US, CA, California, Mountain View, 94043, 37.419201, -122.057404, 807, 650
Ici vous obtenez dans l’ordre le pays, l’état ou Région en caractère ISO puis Complet, la ville, le code postal et enfin les coordonnées GPS en degrés décimaux.

Comment exploiter ces données ?

Par exemple avec ce site vous rentrer le numéro de votre “système autonome” (ASnum) obtenu avec votre IP, et vous pouvez voir l’activité généré via celui-ci.
https://k-net-stats.lafibre.info/

Avec ce site vous avez des infos sur votre IP :
https://db-ip.com/. Mais autant utiliser directement GeoIp et ne pas subir les traceurs du site en question.

Avec Google Maps on peut placer sur la carte, d’où provient l’IP en rentrant la position GPS obtenue en degrés décimaux dans la barre de recherche :
Que du beau monde autours de Google, la NASA de partout , un aéroport (sûrement pas le RyanAir du coin), une Épicerie :D, en gros MountainView

Fin de la démo avec GeoIp, les possibilités sont nombreuses, de nombreuses API de tout genre l’utilise.

Maintenant si vous voulez juste avoir les infos légales disponibles sur l’IP (contacter le SysAdmin, reporter un abus liée à une IP, bref de l’administratif), il faut utiliser Whois, en conflit avec le RGPD.
whois 172.217.18.35

Et pour finir avec cet article, si vous voulez voir le chemin emprunté depuis votre pc, en passant par votre routeur/modem puis les différents points d’accès pour atteindre le serveur, ce qu’il vous faut, c’est le logiciel “traceroute”.
traceroute www.google.fr

J’en profite pour affirmer que quand on marche dans la rue on inscrit pas son adresse dans son dos, sur le web commercial qui plus est, cela devrait être encore plus vraie ! Utilisons Tor !

J’espère que cet article vous a plus, ou sera utile (pas à des fins malveillantes !).
Si vous avez des remarques, corrections, compléments, n’hésitez pas et laissez un commentaire 😉

Edit1 : Merci @Tetsumaki & @Cascador, de m’avoir indiqué que le site avait un tit souci. Et des compléments/corrections.


https://www.maxmind.com/en/home
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mountain_View_(Californie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Autonomous_System
https://www.torproject.org/projects/torbrowser.html.en