Le stockage du futur : la cassette

Je viens de lire cet article :Why the Future of Data Storage is (Still) Magnetic Tape

Il expose le fait que plus le temps passe et plus les besoins en stockages seront gros.

C’est pas étonnant aujourd’hui, tout se fait avec les « données », et il existe des métiers qui hier n’existaient pas « DataAnalyst ».
D’ailleurs on s’en rend compte au quotidien, pistage sur le WEB, IRL avec les cartes de fidélités, le remplacement du papier par le numérique, d’ailleurs une BDD n’est elle pas un livre de compte ? Etc etc
Et c’est pas le RGPD qui va réguler tout ça….

Il est présenté une étude qui prévoit une augmentation chaque année des données stockées de 30 à 40%. Alors que dans le même temps technologiquement les disques durs traditionnels voient leurs performances augmenter moitié moins.

Mais il est pointé du doigt que parmi toute cette masse de données, une bonne quantité a pas besoin d’être accessible à tout moment. Ce qui fait de la cassette ( à bande magnétique, il en existe d’autres ? ) le stockage idéal.
Car même si la technologie date des années 70, elle en est pas restée au point mort. Pour preuve Sony et IBM ont sorti une cassette de 300To en 2015.

Idéal en deux points :

  • Ce qui est vrai et intéressant, c’est que la cassette quand on s’en sert pas, elle consomme rien. C’est con, c’est bête, mais c’est vrai ! Et elle ne s’abîme pas, par conséquence la data non plus.

Je me souviens que mes cassettes (Audio ou vidéos) quand elles se pétaient c’était à cause du lecteur et pas de la cassette en elle même. Et jamais eu de surprises au niveau de la lecture alors que sur les CD/DVD/USBKEYS/HDD pas la même !!
Après je n’ai jamais eu d’expériences autres que de l’audio et la vidéo avec ces supports.

 

  • Le deuxième point est que la cassette si elle n’est pas montée, ça fait un « air gap » naturel, dans le sens ou les données sont pas du tout accessibles et modifiables. A l’heure ou les cyberattaques deviennent de plus en plus élaborées et coûteuses pour la société, c’est pas négligeable.

Sauf dans MrRobot 😉

 

Qu’en pensez vous ?

11 réflexions sur « Le stockage du futur : la cassette »

  1. Les archivistes s’inquiètent du fait que l’on produit des données plus rapidement que l’on est capable de les dupliquer lorsque les supports ne tiennent plus physiquement, la cassette n’y échappe pas.

    Sur cette techno: Nécessité de la dérouler régulièrement pour éviter qu’elle ne s’abîme. Disponibilité physique des lecteurs suivant les technologies. Durée de vie de la bande même bien conservée (pour le stockage de déchets nucléaire la préconisation est partie sur du… papier et encre spéciaux, pas besoin d’un appareil pour les lire).
    Et il ne faut pas confondre les besoins d’enregistrement / relecture d’un son pour une écoute par un être humain avec ceux d’un signal de stockage informatique haute densité (codes de corrections fortement conseillés).
    Bref, bof.

    1. C’est vrai, mais si on garde notre œil que sur les supports numériques ?
      Pour la diff entre de l’audio et des données d’exploitations ou appelons les comme on veut je suis d’accord, je rappelai juste que mon expérience perso dans ce domaine la était limité.
      Après je suis complètement d’accord, on amasse autant de données inutiles que de déchets dans la vraie vie qui après ça pourri juste dans un coin…

      et ton bof est sur l’article ou la cassette comme choix technologique ?

  2. Bonjour,
    C’est dommage qu’un article tel que celui-ci qui propose d’ouvrir son esprit sur une technologie fiable mais quelque peu oubliée soit entaché de fautes d’orthographe !
    «voient leurs performances augmentées» / «voient leurs performances augmenter» (conjugaison vérifiée en changeant le verbe par un du 3eme groupe)
    «elle est pas montée» / «elle n’est pas montée» (ce n’est pas la seule négation incomplète).
    Une toute petite relecture peut corriger cela.

    Cordialement,

  3. Pas d’accord du tout.

    J’ai été témoin il y a 5 ans des faits suivants…

    Contexte : une base militaire, qui n’est pas en France. Un centre de maintenance électronique. Parmi les dizaines d’instruments de mesure, il y a entre autre un analyseur programmable Hewlett-Packard.
    Ce fabricant est (ou était) une marque très réputée pour la qualité indéniable de ses instruments de mesure professionnels. Trente ans après leur mise en service ils fonctionnent encore. Seuls les tubes cathodiques donnent des signes de faiblesse.
    Les configurations de mesure de l’analyseur sont stockées sur cassettes numériques, dans un format propriétaire. À l’époque, dans les années ’80, il n’y avait pas vraiment de standard professionnel pour ce genre de sauvegarde.
    Suite à un changement tardif de batteries, la mémoire de l’appareil est vide, il faut la recharger au moyen des cassettes. Le lecteur est dans l’analyseur. C’est une opération rarement réalisée, peut être tout les 6 ans, +/- 2 ans. Le jeux de cassette stockée dans une boite plastique, à l’abri de la poussière, est totalement inexploitable. Les données sont complètement effacées, nous mettons ce problème sur le dos du champ magnétique terrestre, faute d’explications valables !
    Il faut récupérer les bandes Master, stockées dans un coffre fort. Elles y sont depuis environ 35 ans et elles ont déjà servi il y a environ 15 ans pour refaire un jeu de cassettes opérationnelles. Malgré la présence de sachets déshydratant dans le coffre, toutes les cassettes sont moisies. Cette moisissure s’est développée sur les bandes magnétiques, les cassettes sont détruites. Ce modèle de cassette n’existe plus chez HP, les codes source du sous-traitant ayant programmé l’instrument n’existent plus. L’instrument, qui fonctionne toujours en manuel, a été mis au rebut.

    1. Merci pour ce retour très bien documenté !
      Après la technologie en est pas reste au point des années 70, donc autant à ce niveau la c’est plus comme il y a 50ans ?
      Et si les cassettes étaient bien stockés, le problème n’aurait pas pu venir du lecteur ? Même si il est dans l’analyseur ? ( contamination de la cassette, etc ? )
      je remet pas en cause ton expérience et je te crois, c’est juste de la curiosité 🙂

      Sinon sur la qualité du matos HP des années 80 je ne peux être plus d’accord

      1. >>> Et si les cassettes étaient bien stockés, le problème n’aurait pas pu venir du lecteur ? Même si il est dans l’analyseur ? ( contamination de la cassette, etc ? ) <<<

        Je n'ai pas tout dis pour éviter les détails inutiles. Un 2ème analyseur avec une seule cassette fonctionnelle, mais vierge, était là pour confirmer le problème du lot de cassettes effacées. Parmi celles ci, certaines ont pu être reformatées et ré-enregistrées. Mais, faute de mieux, on a bien diagnostiqué que la cause devait être le champ magnétique terrestre et/ou l'ambiance électromagnétique, non mesurable, du lieu de stockage.

        Pour le stockage longue durée en général voici un article intéressant : https://archivengines.wordpress.com/2012/03/21/archivage-perenne-donnees-numeriques-personnelles/

        1. intéressant d’un point de vue données personnelles. Par exemple parler de stockage perenne et y mettre google et facebook qui sont propriétaires de tes données, donc si ils te ferment ton compte ou qu’elle disparaisses t’as le droit de rien dire, déjà c’est pas la solution idéale.

  4. Je suis pas trop d’accord sur le « air gap » ok la cassette ne touche pas la tete de lecture a tout instant, mais c’est contrôlé par des robots qui gèrent des centaines de cassette et qui sont piratables

  5. Mon expérience m’a emmené, moi ou des clients, à perdre des données sur tous ces formats-là : https://fr.wikipedia.org/wiki/SyQuest_Technology Mon lecteur qui écrasait les données au lieu de les lire avec destruction physique des cartouches, j’ai compris au bout de 3 et perdu mes 1re données
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Disque_ZIP quelques disques au hasard, quelques pertes de données, j’ai encore une 20e en ma possession
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Disquette 3.5 pouces vraiment beaucoup de cas de figure pour les pannes ou la longévité j’en ai encore environ 200 pour Amiga, mais plus d’Amiga
    https://fr.wikipedia.org/wiki/DAT pas mal de bandes mortes bien avant le nombre maximum recommandé, un cas de perte de donné au moment ou on voulait remonter des fichiers et la bande ne voulait rien savoir, usage de la bande de nettoyage aux fréquences recommandées !
    https://en.wikipedia.org/wiki/Hard_disk_drive un nombre incalculable d’unités défectueuses, à une époque on utilisait le congélateur pour récupérer une dernière fois des données, ce problème arrivait souvent au début des chaleurs de la fin du printemps
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Solid-state_drive perte sèche d’un disque au bout d’1,5 an remplacé par le constructeur et gagné une clé USB en dédommagement, pas de pertes, mais du temps pour rassembler les données, j’ai pu repartir assez vite, car j’avais un clone bootabl, j’avais Time Machine sur un NAS Synology, pas moyen de récupérer de manière simple mes données, j’ai du bidouiller
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9_USB perte de 1 ou 2, finalement c’est assez résistant.

    On avait un client qui avait un gros moteur électrique pas loin, il lui est arrivé un nombre important d’avaries en tout genre. On n’a jamais eu l’idée de lui faire acheter du matériel pour aller dans l’espace. 🙂

    En fait pour ne pas perdre des données, il faut sauvegarder sur des unités différentes placées dans des lieux différents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 11 =